"Ce n’est pas un signe de bonne santé que d’être bien adapté à une société profondément malade." Jiddu Krishnamurti

Les incohérences de la gestion de la ‘crise’ sanitaire, ainsi que l’absence inédite de perspective génèrent en nous un état de confusion intense.
De nombreux repères habituels ne tiennent plus, le monde tel que nous le connaissions semble bousculé jusque dans ses fondements...

Les anciens schémas collectifs font-ils encore sens désormais ?

En tout cas, chacun perçoit qu’existe en lui une aspiration profonde à une réalité plus authentique et de fait, plus qualitative. À trop nous laisser distraire par l’agitation extérieure, il pourrait être tentant de se laisser glisser progressivement vers un état dépressif ou se faire croire qu'un retour à un 'monde d'avant' reste plausible.

D'ailleurs, est-ce seulement souhaitable ?

Nos yeux s’ouvrent sur la fiction dans laquelle nous pataugeons depuis longtemps : mythes, croyances et conditionnements nous ont conduit à remettre aveuglement notre pouvoir aux institutions. D’autres s'érigeant comme plus compétents, semblaient seuls aptes à décider et nous guider, dans notre intérêt. Peut-on concevoir qu'il est peut-être temps de repenser la délégation de pouvoir à laquelle nous avons consentie ?!

Mais avant de ré-inventer le collectif qui s’effondre, c’est à l’échelle individuelle que nous pourrions déjà remettre de l’ordre, reprendre la main.

La période actuelle désoriente et fait incidemment émerger un besoin vital de clarté intérieure, d’alignement avec l’être singulier que chacun est.
Il semble évident qu’on ne puisse désormais plus faire l’économie de ce rdv incontournable avec soi-même.

Puis-je affirmer que mes actes sont en congruence avec qui je suis vraiment ? Est-ce que la façon dont je vis mes relations amoureuses, professionnelles, amicales, familiales est juste pour moi ? Suis-je toujours dans la pleine expression de ma singularité ?

Est-ce que dans le lien à autrui, je sais reconnaître ce qui me tourmente, les inconforts auxquels je tourne parfois le dos par commodité, les compromis auxquels je consens pour maintenir des liens ou des situations dans lesquels je ne me reconnais pourtant plus ? Les histoires que je me raconte pour anesthésier mes ressentis...

En m'appliquant avec lucidité à rechercher, au quotidien, la clarté : mes contradictions, mes illusions, mes manquements à moi-même se font jour.

Pour maintenir le cap dans la ‘tempête’ actuelle, je dois vouloir prendre & assumer la place qui est la mienne dans ce monde. C'est intérieurement que je peux demeurer solidement ancré, en écartant tout ce qui me désaxe et me lie à la pesanteur.

Par ce travail personnel de mise en lumière que nous trouverons l’inspiration nécessaire pour féconder une réalité extérieure plus appropriée à notre nature profonde.
Restons assurés que nos coeurs devenus plus conscients vibreront plus haut, pleinement pétris par la foi de se savoir honorés.

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OKAbonnements générés par Strikingly